jeudi 21 janvier 2016

Kisasi de Aurore Perrault

/!\ Lu à partir de l'édition papier


Titre : Kisasi
Auteur : Aurore Perrault
Nombre de pages : 116
Editeur : Griffe d'encre
Genre : fantastique, réalite
Prix papier : 9 €


Résumé : De nos jours, à l’est de la République Démocratique du Congo.Les groupes armés qui occupent le pays depuis la fin du génocide au Rwanda utilisent toujours une terrible arme de guerre : les violences sexuelles sur les femmes et les filles.
Aïssata fait partie de ces victimes. La rage qui la porte a fait d’elle un bourreau pour ses anciens tortionnaires et son seul moteur est désormais la vengeance.
Charles, médecin français, dirige un dispensaire en pleine brousse et tente d’aider au mieux les victimes.
Entre magie et convictions morales, un équilibre est-il possible entre celle qui détruit et celui qui répare ?

Critique :

Récemment, un(e) blogueur/euse - dont j'ai malheureusement oublié le nom et le blog - s'agaçait que trop d'auteurs de SFFF se contentent de situer leurs histoires en Occident, quand ce n'est pas aux USA, et que leurs personnages soient majoritairement blancs. Pire encore, la SFFF ne serait que très rarement engagée... Certains avaient alors répliqué ici et là qu'il était normal que les auteurs situent avant tout leurs histoires dans un contexte familier plutôt qu'à l'étranger, car il serait dangereux/idiot d'écrire sur ce que nous n'avons pas expérimenté et encore plus sur une culture étrangère à la nôtre (c'est donc pour cela que tant de Français situent leur histoire aux USA ?). Quant à l'engagement... dans du divertissement ?! Je ne vais pas détailler à quel point je pense tout cela faux pour en venir directement au contre-exemple :

Kisasi prouve à quel point la SFFF peut être engagée, sortir d'un cadre occidental et mettre en scène des héros d'ethnicité différente sans pour autant tomber dans la caricature culturelle prophétisée par ceux qui estiment que l'on ne peut écrire que sur ce que l'on a vécu (et là où on a vécu). Le secret ? De la sensibilité, une documentation soignée sur le contexte (l'auteure nous indique d'ailleurs ses sources si nous souhaitons nous informer) et de l'amour pour ses personnages. La novella est-elle à 100 % réaliste ? Nous sommes dans un cadre fictionnel et fantastique, donc la réponse est, bien entendu, non. Est-ce qu'elle délivre son message avec efficacité grâce à sa plausibilité ? Oui. Car on y croit, on le vit, on s'identifie aux personnages peu importe leurs origines, et ceci jusqu'au bout. Violente, choquante, sans concession, mais aussi émouvante et tragique, cette novella dresse sans manichéisme le portrait de femmes détruites par la sauvagerie de milices sans foi ni loi qui mettent leur pays à feu et à sang et de quelques personnes, tout sexe confondu, qui osent se battre pour elles malgré le danger.

Aurore Perrault fait preuve d'une incroyable justesse et montre que les auteurs devraient avoir moins peur de s'aventurer hors de leur quotidien s'ils en éprouvent le désir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire