mardi 19 janvier 2016

Baie sanglante 1 : La recrue de Chris Verhoest

/!\ Ce livre a été lu à partir de l'édition numérique.


Titre : Baie sanglante 1 : La recrue
Auteur : Chris Verhoest
Nombre de pages : 
Editeur : Alexan éditions
Genre : policier, M/M
Prix papier : 10 €
Prix numérique : 4,99 €

Résumé : Alec tient « Douceur Café » avec sa sœur jumelle Alice. Ikel est policier municipal. Il n’y a rien, en apparence, pouvant rapprocher ces deux hommes qui viennent d’arriver à St Marzin, petite station balnéaire tranquille. 
Sauf que le bar est situé juste à côté du poste de police. Quand un jeune homme est tué puis déposé près d’une chapelle, Ikel est bouleversé par cette découverte. Il n’avait pourtant pas intégré la criminelle ! Il s’offre un remontant à « Douceur Café » et se confie au beau gérant roux. 
Un second jeune homme est bientôt retrouvé mort à l’école de voile. Même posture, même blessure. Quel but poursuit l’assassin ? 
Mêlé à l’enquête, le flic aux mèches rebelles se rapproche aussi d’Alec. Ils sont encouragés par Alice mais n’osent d’abord pas se dévoiler. Le passé est vivace, la ville est petite. 
Soudain, l’affaire du « tueur de St Marzin » prend une tournure différente pour Ikel, qui entraîne Alec dans son sillage et dans un jeu de cache-cache avec un meurtrier aussi déterminé qu’effrayant.

Critique :

Romance policière ou policier romantique ? Telle est la question !

Les amateurs de Chris Verhoest ne seront pas désarçonnés par Baie sanglante, car celui-ci me semble traiter d'un des thèmes préférés de l'auteur : le coup de foudre. Quand Alec et Ikel se voient pour la première fois, il n'y a (presque) aucun doute : ils sont fait l'un pour l'autre, et cette conviction est mutuelle ! La première partie du roman, tout en développant le fil policier (Ikel assiste l'enquêteur de la PJ), se concentre surtout sur l'évolution de leur relation, des déclarations pleines d'hésitations au grand feu d'artifice charnel en passant par les moments de tendresse qui feront fondre vos petits cœurs (sauf si vous n'en avez plus, mais ce n'est pas mon problème). De quoi contenter les amateurs de romance, qui seront comblés par les moments intimes entre nos deux héros, et peut-être moins ceux de policier, qui pourront trouver la progression de l'enquête un peu trop facile... A ce stade, du moins ! Car la seconde partie du roman s'avère beaucoup plus proche du thriller et, donc, plus violente et plus inquiétante. Pas de temps pour se compter fleurette et penser avenir commun : le meurtrier a un plan qui dépasse de loin les premières déductions d'Ikel quant à ses motivations, et il pourrait bien en pâtir personnellement. Parallèlement, la question de l'homophobie dans le milieu policier surgit lorsque la relation des deux héros est révélée contre leur gré...

Vous le savez déjà si vous avez lu mes précédentes chroniques : la romance et moi, c'est un peu compliqué. Le M/M et moi, ça l'est aussi. Vous pourrez trouver cet aveu étrange, car j'ai chroniqué des dizaines de boy's love pour Coyote Mag. Mais... Si les histoires d'amour sont réussies, rares sont les auteurs qui développent le cadre qui les entoure (que ce cadre soit SFFF, réaliste, policier...). Autrement dit, les enjeux de l'histoire se réduisent souvent à la seule romance. Cela convient tout à fait à nombre de lecteurs, et je le comprends, mais j'ai besoin de plus. Résultat, j'avais peur en commençant Baie sanglante ; non pas peur pour le style ou l'histoire, car je sais que Chris Verhoest est un auteur sérieux, qui travaille ses textes. Objectivement, je n'avais aucun doute quant à la qualité du récit, et, après l'avoir lu, je pense que Baie sanglante se classe aisément dans le haut du panier du genre, ce qui en fait un roman que je recommande à tout amateur de M/M. Subjectivement, je craignais la déception lors de la première moitié du roman - nullement en raison de sa qualité, vous l'aurez compris -, mais la seconde moitié, où l'enquête prend le dessus sans pour autant éclipser le relation des deux héros, a su me convaincre. Je lirai le tome 2 sans hésitation. Quant à savoir s'il s'agit, au final, plutôt d'une romance avec un soupçon de policier ou un policier avec un soupçon de romance, je dirai que tout dépend de la partie qui aura votre préférence ! Et, au fond, cela a-t-il vraiment une importance ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire