lundi 27 juillet 2015

Les errants (tome 1 et 2) de Denis Labbé

/!\ Ces livres ont été lus à partir de l'édition numérique.


Titre : Les errants : Origines
Auteur : Denis Labbé
Nombre de pages : 277
Editeur : Les éditions du chat noir
Genre : horreur, young adult
Prix papier : ? €
Prix numérique : 5.99 €


Titre : Les errants : Evolution
Auteur : Denis Labbé
Nombre de pages : 331
Editeur : Les éditions du chat noir
Genre : horreur, young adult
Prix papier : 19.90 €
Prix numérique : 4.99 €

Résumé : Que faire quand on est une adolescente et que le monde s’écroule autour de soi ?

C’est la question qui se pose à Marion, seize ans, que rien ne préparait à une telle catastrophe. Lors d’un voyage scolaire au camp de travail du Struthof, certains de ses camarades et de ses professeurs sont frappés par un mal étrange. 
Alors que l’épidémie se répand, elle essaie d’y échapper, en compagnie d’un groupe d’amis rescapés. Mais sans l’aide d’adultes, la tâche va s’avérer délicate et la vie en communauté pas si aisée que cela.


Critique :


Cette fois, ce n'est pas un mais deux romans que je vais chroniquer. Pourquoi ? Parce que j'ai lu Les errants 1 : Les origines et Evolution à la suite, comme un seul bloc, tant et si bien que j'aurais dû mal à en parler séparément.

Première chose que l'amateur adulte de zombies doit savoir, si les couvertures ne lui avait pas déjà mis la puce à l'oreille, c'est que Les errants est une saga d'horreur young adult ou, si vous préférez, jeunesse. Alors que ce genre pullule aux Etats-Unis, ne serait-ce qu'avec R.L Stine et sa saga Rue de la peur (Chair de poule étant pour les enfants, je rappelle) ou les nombreux romans de Christopher Pike (dont l'excellent Souvenez-vous de moi), les auteurs francophones ne s'y aventurent que rarement. Dommage, parce que des cadres francophones (comme, ici, les Vosges), on en aimerait plus... Alors, à quoi peut-on s'attendre de la part d'un roman d'horreur young adult ? Même si les descriptions sont forcément moins gore que dans un roman de Stephen King ou de Graham Masterton, rien n'est édulcoré. Du sang, il y en a, des morts, aussi, le sexe est une possibilité et la fin n'est pas toujours super joyeuse, à l'image de ce roman young adult, avec de jeunes gens subissant une mutation et devenant anthropophages, que j'ai eu un jour entre les mains (ouais, vraiment, l'horreur pour adolescents n'a rien d'édulcorée). Concernant Les Errants, nous ne sommes donc pas dans La petite maison dans la prairie vosgienne avec un ou deux zombies. Denis Labbé prend le temps d'installer son intrigue et de la lier à l'histoire sinistre du Struthof. La tension monte crescendo au fil des pages du premier volume jusqu'à l'explosion horrifique. L'univers des Errants est sans pitié. N'espérez pas que tous les personnages en sortent indemnes.

Maintenant, qui dit young adult dit "thématiques correspondant au public auquel cela s'adresse". Si vous êtes allergiques aux héros adolescents et jeunes adultes, si vous ne pouvez pas accepter le parti pris que, oui, ces minots se démerdent aussi bien ou mieux que les militaires et les plus de vingt ans (eh, c'est une série pour eux !), si vous ne voulez pas d'une jeune héroïne qui parle de ses sentiments tout en essayant d'échapper à des zombies de plus en plus dangereux, cette série n'est pas pour vous... mais sera sans doute parfaite pour les adolescents fanas d'horreur de votre entourage. Pourquoi ? Parce qu'eux sauront s'identifier aux héros, dont la narratrice, Marion, et parce que cette série bien écrite ne prend pas les jeunes pour des débiles. Même à presque trente ans, j'ai pris grand plaisir à lire ces deux tomes bourrés de rebondissements et d'action, mais aussi de passages plus introspectifs décrivant les angoisses de nos jeunes héros. S'ils étaient sortis à l'époque de mon adolescence, voire de mes douze ans (je dévorais déjà les romans d'horreur pour jeunes adultes), j'aurais certainement fait ma fangirl hystérique et campé au Furet du Nord pour guetter la sortie du troisième tome chaque mois. Attention, je n'ai pas dit de refiler la série à votre petite sœur de douze ans, surtout si elle préfère Fantomette à Stephen King : j'étais un cas à part qui collectionnait toutes les sorties horreurs de la fin des années 90/début des années 2000.

Si je devais trouver un défaut aux Errants, ce serait le début du deuxième. Au lieu de reprendre là où se terminait le premier et de nous faire vivre les deux ou trois semaines précédant l'arrivée des héros dans leur ville, Denis Labbé a préféré commencer le récit quand ils débarquent à Lunéville. Leurs péripéties entre la fin du premier et le début du second sont donc dévoilées via des retours en arrière. En soi, ce n'est pas un problème. Le souci que j'ai eu, c'est que la narratrice, Marion, semble fan des formules telles que "trois jours plus tôt, nous avions rencontré tel type de zombie très dangereux". Bref, vous voyez cet ami Facebook qui vous spoile Game Of Thrones ou The Walking Dead ? C'est elle ! Cela m'a gâché quelque peu le suspens, car je savais d'avance qu'ils allaient tomber sur un os ou sur quelque chose de tellement incroyable que n'importe qui se serait fait pipi dessus à leur place. Cependant, la suite du volume est excellente et promet une suite encore plus désespérée, alors pourquoi bouder son plaisir ?

Note : si vous avez envie de découvrir le monde des Errants mais que le côté young adult vous rebute, Denis Labbé publie Errances chez Lune Ecarlate, une déclinaison plus "adulte". Une autre série dérivée et pour adultes, prenant le même point de départ que Les Errants mais avec un autre groupe de survivants ayant survécu au Struthof est aussi en préparation.


Vous avez envie de lire ces livres ? Vous pouvez l'acheter dès maintenant en format ePub et Kindle via 7switch, la boutique du distributeur Immatériel.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire